OBSTACLES EXTERNES ET RECOMMANDATIONS SUR LA FAÇON DE LES SURMONTER

Les obstacles externes sont des obstacles qui échappent à votre contrôle direct et qui impliquent à la fois les prestataires de formation professionnelle et les employeurs et parfois aussi d’autres parties prenantes telles que le gouvernement, etc.  L’équipe VET@work a sélectionné les 5 obstacles externes suivants comme les obstacles les plus courants qui empêchent les prestataires de formation et les employeurs de commencer une collaboration axée sur l’amélioration des compétences dont les étudiants ont besoin pour réussir dans la vie professionnelle:

  1. Obstacle 1 : Programme d’études
  2. Obstacle 2 : Langage
  3. Obstacle 3 : Technologie
  4. Obstacle 4 : Trouver suffisamment d’entreprises pour accueillir des étudiants
  5. Obstacle 5 : Bureaucratie
useful links external obstacles

Les cinq obstacles externes qui empêchent la collaboration VET@work et des suggestions sur la façon de les surmonter

En parlant avec les prestataires de formation, les enseignants, les employeurs et les employés impliqués dans l’éducation des étudiants en formation professionnelle, nous avons remarqué que les 5 principaux obstacles qui empêchent les prestataires de formation et les employeurs de mettre en place des collaborations pédagogiques étaient le programme d’études, les barrières linguistiques, la technologie, la recherche de suffisamment d’entreprises pour accueillir des étudiants et la bureaucratie. Même s’il s’agit d’obstacles externes qui échappent au contrôle direct des employeurs et des prestataires de formation , nous pensons qu’il existe des moyens de les surmonter ensemble!

L’équipe VET@work a remarqué que l’un des plus grands obstacles à la mise en place d’une collaboration est l’absence d’un langage commun. Le langage utilisé est fait par le secteur de l’éducation pour les enseignants et il n’a pas pris en considération le fait que les employeurs n’utilisent pas ce type de langage. Cela provoque des malentendus et des sentiments de frustration. Afin de mettre en place une collaboration, il est important que vous vous assuriez d’avoir une compréhension commune des mots utilisés.

Un autre obstacle est que les tâches que les étudiants sont censés effectuer ne sont pas considérées comme pertinentes par les employeurs. Les employeurs soulignent souvent que les étudiants ont appris les mauvaises choses, car l’accent n’a pas été mis sur la réalisation de tâches axées sur le développement des compétences que les employeurs apprécient dans le personnel qu’ils embaucheront. L’une des raisons en est que la plupart des activités réalisées par les étudiants sont effectuées principalement dans les écoles et non dans les entreprises où les étudiants pourraient utiliser les derniers équipements / méthodologies. Cet obstacle peut être résolu en personnalisant le programme pour répondre aux besoins du monde professionnel dans la région et en mettant en place des collaborations avec des entreprises locales permettant aux étudiants d’apprendre à utiliser les équipements performants. Cela profiterait à tous, car les étudiants apprendraient à utiliser l’équipement qu’ils sont les plus susceptibles d’utiliser lorsqu’ils entrent dans la vie active, les enseignants suivront les progrès des dernières technologies / méthodologies et les employeurs seront en mesure d’embaucher une main-d’œuvre formées aux différents outils / méthodologies utilisés. Le transfert d’une partie de l’apprentissage de l’enseignement aux entreprises permettra également aux enseignants et aux employeurs / employés d’établir une relation fondée sur la confiance et les deux parties auront une meilleure compréhension des réalités de l’autre.

L’équipe VET@work souhaite souligner le fait que les entreprises ont une évolution professionnelle plus rapide que ce que les prestataires de formation sont en mesure de suivre. L’une des raisons en est qu’il faut beaucoup de temps pour élaborer un nouveau programme d’études et que, souvent, lorsque le nouveau programme est prêt à être mis en œuvre, il est déjà considéré comme daté par de nombreux employeurs. Nous sommes également préoccupés par le fait qu’il est parfois difficile pour les prestataires de formation d’impliquer le monde du travail dans l’élaboration des programmes d’études. L’une des raisons en est que les prestataires de formation professionnelle ne savent pas comment vendre l’idée de collaboration aux employeurs et que les employeurs estiment que leur voix n’est pas entendue s’ils participent à l’élaboration du programme. Beaucoup de PME estiment qu’il ne sert à rien de s’impliquer car le programme est conçu pour répondre aux besoins des grandes entreprises et non à  leurs besoins. Pour encourager les entreprises, grandes et petites, à s’impliquer, nous suggérons aux prestataires de formation d’investir du temps et des ressources dans la visite des entreprises et d’expliquer les avantages de s’impliquer dans l’élaboration des programmes d’études. Pour que les employeurs continuent de s’intéresser à l’élaboration/à la mise en œuvre de programmes d’études, les prestataires de formation et les enseignants doivent être vus dans les entreprises locales et encourager également les employeurs à trouver des idées sur la manière d’adapter localement le programme sur une base officielle. La langue du programme d’études doit être conviviale et compréhensible pour tous.

Un autre obstacle est le fait que les programmes ne se préoccupent pas du rythme des entreprises et des meilleurs périodes pour offrir aux étudiants des possibilités de stage ou de terrain d’alternance. Le programme est souvent très rigide et ne tient pas compte du fait que certains domaines ont des saisonnalités. Nous recommandons que lors de la mise en place d’un programme d’études et d’horaires pour un stage ou apprentissage en entreprise des étudiants, celui-ci soit élaboré avec les entreprises d’accueil.

 À l’heure actuelle, les employeurs de l’équipe VET@work estiment que les prestataires de formation décident quand les étudiants doivent faire leur apprentissage en entreprise en fonction des besoins des prestataires de formation et non en fonction de la capacité des employeurs à fournir aux étudiants des expériences d’apprentissage qualitatives. Cela pourrait être facilement résolu s’il y avait des réunions régulières pour aborder le calendrier de l’apprentissage professionnel, ce que les entreprises peuvent offrir et à quel moment de l’année.

L’un des plus grands obstacles à surmonter est de réaliser d’abord que les prestataires de formation et le monde professionnel ne partagent pas un code commun. Nous devons être conscients qu’il existe du vocabulaire spécifique à différentes professions et parfois même dans un domaine professionnel. Le discours utilisé dans les petites et grandes entreprises est différent et la façon de communiquer dépend de la profession et de la taille de l’entreprise. C’est souvent déroutant non seulement pour les enseignants et les employeurs / tuteurs professionnel, mais aussi pour les étudiants. L’absence d’un langage commun entraîne souvent des malentendus et des sentiments de frustration.

Une autre chose qui provoque souvent des sentiments de frustration chez les employeurs est le style utilisé dans les devoirs que les étudiants font lorsqu’ils sont en stage et les modèles qu’ils sont censés remplir qui sont très académiques et bureaucratiques. Les employeurs/tuteurs ont de la difficulté à comprendre les tâches et les modèles, car ils ne savent pas comment interpréter ou lire les mots utilisés. Pour éviter cela, il serait recommandé que les enseignants impliqués aient le temps de s’asseoir avec les tuteurs professionnels et les étudiants afin de discuter des tâches / modèles et de s’assurer ainsi que toutes les parties ont compris le contenu de la même manière et se sentent confiantes dans ce qu’elles sont censées faire. Une autre façon de résoudre cet obstacle est d’inviter les employeurs à s’impliquer dans la réalisation des missions et tâches à réaliser et, si possible, dans la rédaction de modèles à utiliser.

Nous tenons à souligner que le langage est bien plus que de simples mots. Dans notre définition de la langue, nous avons inclus le code vestimentaire. Le code vestimentaire et les signaux que vous envoyez avec la façon dont vous êtes habillé varient d’une entreprise à l’autre et d’un pays à l’autre. C’est pourquoi nous sommes d’avis qu’il est toujours important non seulement de se concentrer sur la recherche d’un langage commun, mais aussi de comprendre les codes vestimentaires existants et d’éduquer les étudiants sur le code vestimentaire correct dans différents types d’entreprises / domaines de travail. Pour éviter les problèmes vestimentaires en s’entendant à la fois sur les normes de comportement et le code vestimentaire.

Une façon d’acquérir une langue commune est de passer du temps ensemble, de travailler ensemble et de se familiariser ainsi avec la langue utilisée à l’école et dans les entreprises. Echanger les uns avec les autres sur le type de langage que vous souhaitez utiliser dans les devoirs et écoutez les arguments et les points de vue des uns et des autres. Respectez les différents points de vue et apprenez d’eux!

La technologie est un autre obstacle externe  qui doit être abordé par les prestataires de formation et les employeurs lors de la mise en place de collaborations. Il est très probable que le prestataire et les entreprises ont utilisé des équipements différents et que les équipements utilisés par les entreprises sont souvent plus modernes et à la pointe. Les enseignants peuvent souvent avoir besoin d’améliorer leurs connaissances en ce qui concerne les dernières tendances technologiques et pour ce faire, une solution pourrait être d’impliquer les employeurs et leurs employés dans le processus de renforcement des compétences / sensibilisation des enseignants en matière de technologie. Notre recommandation est d’inviter les employeurs ou les employés à l’école, de discuter pour parvenir à des accords sur la meilleure façon de perfectionner des compétences. Il pourrait même être avantageux d’organiser des événements conjoints où les fournisseurs professionnels sont invités à l’école ou dans une entreprise et où les enseignants et les employeurs découvrent ensemble les dernières tendances / équipements dans leur domaine.

L’un des plus grands obstacles en matière de technologie est l’argent, les prestataires de formation n’ont pas les ressources nécessaires pour mettre à jour en permanence leur équipement et se tenir au courant des dernières tendances. Comme indiqué plus haut, les programmes d’études ne sont pas non plus à la hauteur lorsqu’il s’agit de mettre en œuvre les dernières tendances / équipements dans la formation. Le rythme du changement est trop rapide, il est beaucoup trop cher. Un autre obstacle auquel les prestataires de formation sont confrontés est le manque d’espace pour installer/stocker les équipements les plus récents.

Nous recommandons pour résoudre ce problème, d’organiser des réunions régulières avec les employeurs des entreprises locales et de s’entendre sur les équipements à connaître et à utiliser. Au cours de ces réunions, des accords devraient également être conclus sur le lieu et le moment où cet apprentissage devrait être effectué. Est-il de la responsabilité des entreprises qui accueillent les étudiants pendant l’apprentissage d’enseigner aux étudiants qu’elles accueillent comment utiliser l’équipement ou devraient-elles permettre aux enseignants de venir avec les étudiants pour s’entraîner sur l’équipement avant que les étudiants ne commencent leur stage?

Ce sont des questions sur lesquelles il convient de s’accorder lors de l’élaboration des programmes d’études. Une autre solution consiste à essayer de mettre en place des partenariats / accords avec des entreprises fournissant les derniers équipements pour faire don/prêt d’équipements à l’école afin que les élèves / enseignants puissent utiliser l’équipement et suivre les dernières tendances.

Trouver suffisamment d’entreprises pour accueillir des étudiants Nous avons remarqué qu’il  est difficile de trouver des entreprises pour accueillir des étudiants pour leur apprentissage professionnel ou des entreprises qui sont prêtes à partager leurs compétences et leurs connaissances avec les enseignants et les étudiants. Les raisons sont multiples et nous ne rentrerons pas dans les détails. Cependant, l’une des raisons pourrait être la crainte de la concurrence ou que l’employeur n’a pas besoin d’embaucher dans un proche avenir. Pour encourager les entreprises réticentes à offrir aux étudiants des possibilités d’apprentissage, il est important que les prestataires de formation et leurs enseignants fassent valoir les avantages  liés à la présence d’étudiants dans leurs entreprises pour des stages. Il est également important de souligner que les étudiants qui viennent pour un stage ne sont pas les plus forts et que d’autres pourraient même ne pas être dans le bon domaine, mais qu’ils ont toujours le droit d’essayer.

Un autre facteur qui fait que les employeurs ne veulent pas prendre des étudiants est le délai dans lequel ils sont censés les accueillir. C’est pourquoi il est important de prendre en considération les souhaits des employeurs lors de la planification des temps de stage. Écouter les besoins des entreprises et être avoir plus de périodes possibles pourrait ouvrir la porte à certains employeurs qui ont été réticents auparavant.

L’équipe VET@work tient à souligner qu’il est tout aussi important de trouver le bon tuteur professionnel pour l’étudiant que de trouver le bon étudiant pour l’entreprise. Si un employeur force l’un de ses employés à encadrer un étudiant, le stage ne sera une expérience positive pour personne. Les tuteurs professionnels doivent obtenir le soutien de leur direction et du prestataire de formation. Les tuteurs doivent sentir qu’ils ont quelqu’un vers qui se tourner lorsqu’ils ont besoin d’aide et/ou de conseils. L’équipe VET@work souhaite également souligner l’importance de sélectionner les bons enseignants pour encadrer les étudiants. Si un enseignant se sent mal à l’aise dans sa tâche de référent pédagogique ou si la tâche lui est imposée, cela affectera la façon dont il collabore / communique avec l’employeur / le tuteur professionnel et, dans le pire des cas, cela peut entraîner le refus des employeurs d’accueillir des étudiants à l’avenir. C’est pourquoi nous recommandons qu’une attention particulière soit portée au processus de sélection des tuteurs professionnels et des enseignants chargés du suivi en entreprise des étudiants (référent pédagogique). Trouver les bonnes personnes pour devenir tuteurs sera le début d’une relation de confiance et de collaboration qui permettra de futures collaborations!

Enfin et surtout, la bureaucratie s’est avérée être un obstacle majeur en matière de collaboration. Les employeurs ont peur de toute la paperasserie supplémentaire que la collaboration avec les prestataires de formation pourrait entraîner. Il y a des incertitudes avec les assurances, qui est responsable de quoi. Certaines entreprises peuvent hésiter à collaborer avec des prestataires de formation parce qu’elles s’inquiètent de l’âge et de la maturité des étudiants. Prendre un étudiant mineur peut entraîner des formalités administratives supplémentaires que l’employeur n’est pas disposé à assumer. Les petites entreprises estiment qu’elles n’ont pas les ressources nécessaires pour effectuer toutes les tâches bureaucratiques qu’implique une collaboration VET@work et elles ont souvent peur de tous les rapports, modèles et contrats qu’elles doivent remplir. Ils constatent également que toutes les restrictions, règles et réglementations se cumulent et choisissent de ne pas ouvrir leurs entreprises à des collaborations avec des prestataires formation.

Résoudre cet obstacle n’est pas facile car la bureaucratie est quelque chose qui ne peut être évité. Cependant, en tant que prestataire de formation, vous pouvez essayer de rendre la paperasse aussi simple et, si possible, aussi conviviale et rapide que possible. La mise en œuvre de modèles, d’affectations et de processus numériques, en ligne et l’autorisation des signatures numériques pourraient être une façon d’aller dans la bonne direction.

Il est également important de réserver du temps aux tâches bureaucratiques pour les enseignants Ceux-ci devraient recevoir les ressources dont eux-mêmes et les tuteurs / employeurs ont besoin pour pouvoir parcourir les processus, la paperasse, etc. ensemble. Afin de s’assurer que le tuteur / employeur se sent confiant dans ses tâches. Il serait également idéal que les prestataires de formation, les enseignants, les employeurs et les tuteurs analysent ensemble les processus, les modèles et suppriment ensemble les parties qu’ils jugent tous deux inutiles. N’ayez pas peur de mettre en œuvre de nouvelles méthodes plus conviviales pour les rapports et l’évaluation. Essayez de trouver des solutions qui rendent la bureaucratie moins longue.

Retour haut de page